Auberge du Petit Poney Pendu

Forum de jdr basé sur D&D pour un peu de détente entre potes.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le désert des Souffles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nuhadu
Admin
avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 30/11/2015

MessageSujet: Le désert des Souffles   Dim 14 Fév - 2:10

Ce désert immense s'est trouvé une position idéal entre le centre du continent et sa côte est. Si ses océans de sables et sa chaleur pesante suffisent à décourager les plus courageux des aventuriers, cela n'a pas empêché un grand nombres de peuples d'y élire domicile. La logique y est simple, si les courageux ne s'y aventurent pas, quels sont les chances que l'on y trouve de lâches pillards?
Après tout, le désert possède déjà son lots de créatures mortelles.

Le désert se décompose en trois territoires.
L'Alliance du Souffle se trouve dans sa partie la plus à l'est et est délimité par les 6 grandes oasis qui la compose. Cette zone inespérément viable accueille ainsi des dizaines de petits villages, appartenant à différentes espèces qui coexistent sans toutefois réellement interagir entre eux. Seuls les Gardiens du Souffle, démontrent qu'ils aient un jour coopérer.

Les Mers de Rocs représentent  un petit territoire au coeur du désert. L'on y trouve de nombreux rocs qui émergent du sable et peuvent atteindre des tailles impensables. Par ailleurs leurs sommet ont l'étrange vertu d'être plats. C'est en profitant de ces forteresses naturels que des tribues Orcs sont parvenus à s'y installer. Ils puisent leur eau des rares Oasis environnantes, mais sont souvent plus friands d'aller la piller aux voisins ou aux voyageurs. Leurs expéditions vont souvent jusqu'à l'extérieur du désert pour puiser l'eau là où elle est abondante.

Les terres abandonnées, le dernier des trois territoire et aussi le plus gros complète le désert. La majeur partie ouest du désert n'a toutefois pas toujours été tel quel. En effet, il s'y trouvait auparavant le royaume d'Ansulivan, qui a forgé des légendes sur ses chevaliers dragons. Un mage contrarié aurait eu tôt fait d'unir le royaume au désert, le condamnant à sa désolation. L'histoire est si vieille que les mémoires elfes ne suffisent pas à confirmer son authenticité. En revanche, les nombreuses ruines de villes et cités dépassant du sable poussent à la croire.


Gardiens du Souffle

Si les 6 oasis étaient un don des dieux, elles avaient aussi le mérite d'attirer de nombreux visiteurs. Alors que les premiers peuples tentaient de s'installer paisiblement, bien que péniblement, les différents monstres peuplant le désert manquèrent de les décourager.
C'est alors que le Souffle intervint, l'âme du désert qui se prit de pitié pour ces visiteurs. Dans ses terres, la faiblesse était souvent payée de la vie, mais le courage de tout ces êtres l'avait touché. Il se présenta sous la forme d'un murmure à un représentant de chaque village. Il leur fit une offre, toute à leur faveur mais néanmoins difficile à accepter.
S'ils acceptaient de vouer leur vie à défendre leurs terres, le Souffle leur donnerait les moyens de le faire. Mais ils devraient défendre tous les habitants des Oasis, qu'importent leurs races ou leurs origines.

Sans hésiter, ils acceptèrent tous. Dans ce lieu hostile, le souffle était leur seul salut. Il les rassembla au centre des Oasis où ils découvrir une montagne de roche isolée. En son sein, des cavernes s'étendaient, s'enfonçaient profondément, jusqu'à les guider à des bassins souterrains. Ici, chacun se vit confier une épée, et avec elle ils reçurent le savoir tant désiré.

Depuis la vie des gardiens se résument à parcourir l'Alliance du Souffle et ses alentours, traquant et éloignant les dangers qui pourraient troubler leurs terres. Ils ne traversent que rarement les villes qu'ils défendent, mais ils sont toujours accueillis avec bienveillance et générosité. Tous souhaitent rendre hommage à leurs protecteurs. Afin de s'assurer qu'aucun d'entre n'abuse de leur statut, les Gardiens mirent en place une règle implicite. Lorsqu'il traverse un village, un gardien ne peut accepter qu'un unique don.

Parmi ces dons, il en est un qui effraie chaque village. Les Gardiens sont des mortels et il leur arrive de mourir. De nombreuses épées furent ainsi perdues dans le désert, réduisant le nombre des protecteurs à moins d'une vingtaine aujourd'hui. Afin que l'ordre survive, les gardiens ne se sentant plus en état d'assurer leur retour, ou souhaitant arrêter leur service pour trouver le repos, doivent choisir un apprenti.
Ils entraîneront l'apprentis, qui les suivra jusqu'à ce que le gardien quitte sa fonction, dans la mort ou dans la vie. L'apprenti prend alors l'épée de son maître et poursuit sa mission.
Le problème, c'est que peut de gens désirent vivre cette vie dédiée à marcher dans le sable, vivant sur des réserves incertaines, pour engager des combats qu'un hommes seul ne devrait pas emporter. Ainsi, lorsqu'un gardien désire prendre un apprenti, il traverse un village et en fait la demande. Que cela leur plaise ou non, les habitant doivent alors présenter au gardien les jeunes gens aptent à le suivre dans le désert. Si celui ci en choisit un, alors son destin et scellé et tout ses prôches devront s'y résigner, avec tristesse car il s'engage sur une route difficile, mais aussi avec fierté car il poursuit un combat sacré.

Parmi les différents peuples de l'Alliance, il en est un qui se démarque. Les elfes du désert rechignent souvent à confier leurs enfants à un gardien qui en fait la demande. De fait, ils trouvent détestable l'idée de condamner un des leurs à plusieurs siècles de cette vie d'isolement et de peine. Il est donc rare qu'un gardien s'ose à leur en faire la demande et il l'est d'autant plus que les elfes acceptent. Cela leur vaut une haine profonde de la part des autres habitants des Oasis. Toutefois, les interactions étant rares, ils n'y prêtent guère d'attention.

Le culte du Souffle s'est formé sur la légende de la création des gardiens. On prétend que si l'on s'isole suffisamment longtemps dans le désert l'on peut entre son souffle nous parler. Ainsi, les plus croyants des habitants de l'oasis pensent que les gardiens sont guidés par le Souffle. De fait, les gardiens actuels sont rares à prétendre entendre le Souffle. Et personne ne peut prouver qu'ils l'entendent réellement.

Les gardiens voyagent seuls, des semaines, voir des mois durant, à travers le territoire de l'alliance et s'aventurent parfois à l'extérieur pour s'assurer qu'aucun mal ne s'en approche. Ils vivent de peu de choses et dans de telles conditions que la civilisation n'a plus beaucoup de significations pour eux. Ils partagent néanmoins des traditions qui se transmettent de maîtres à apprentis.

- Le gardien est silence: Dans le désert, le silence est traître. Les créatures qui vivent sous et sur le sable sont parfois aveugles, où possèdent une ouïe supérieure afin de trouver leur proies dans les immenses étendues de sable. Un gardien garde donc le silence durant ses patrouilles et progresse avec la légèreté du vent afin de ne pas trop agiter le sable.

Il en résulte que certains gardiens montrent de grande difficultés à parler, quelque langue que ce fut. Parfois parce que leur gorge constamment asséchée peine à former des sons, d'autrefois parce qu'ils ne pratiquent plus assez leur langue pour se la remémorer.
Cela prit en compte et le fait que les gardiens puissent avoir besoin de communiquer lorsqu'ils se rencontrent, et que parler reste dangereux, ils ont mis au point un langage de signes où une simple vision de leurs membres suffit à se faire comprendre.

Par exemple:
Tracer avec sa main droite un allez-retour devant son cœur signifie un refus ou une protestation, la rapidité du geste permettant de signifier une simple négation (lent), une opposition virulente (rapide).

Serrer le poing gauche à hauteur du visage signifie la protection, tandis que tracer un cercle avec deux doigts de sa main droite devant soi signifie la partir pour revenir. Les deux gestes combinés servant à désigner la patrouille.

Lorsque des Gardiens se rencontrent, chose rare, ils se saluent en prenant soin de garder leur épée rangée. Le salut veut que le premier montre sa main gauche ouverte au second qui appose sa main droite contre elle. Ils peuvent alors signer de leur main restante la raison de leurs présence, mais beaucoup se contente de lever un poing fermé, car ils passent plus clair de leur temps en patrouille.

Les signes étant communiqués à l'oral par les maîtres de tout à chacun, ils restent souvent libre d'interprétations. C'est pourquoi les gardiens ne communiquent pas beaucoup entre eux. Lorsqu'ils entrent dans un village, ceux qui n'ont plus les moyens de se faire comprendre par la voix se contentent souvent de désigner ce dont ils ont besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pppjdr.forumactif.org
 
Le désert des Souffles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La bataille du désert. (WW II)
» cha sert d'avoir in garchon plombier-chauffagiste...
» a quoi sert l'huile qu'elle met avant son fdt ???
» A quoi sert ce forum et si vous désirez participer au Wiki
» l'orthographe ne sert à rien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Auberge du Petit Poney Pendu :: Medieval Fantastique :: Contexte :: Géographie-
Sauter vers: